Bois et produits dérivés

Le marché mondial du bois

Au niveau mondial, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) indique que près de 1,15 milliards d’hectares de forêt sont gérés principalement pour la production de bois et de produits forestiers non ligneux.

Forêt
Crédits : ©Sarah Brown - Licence Unsplash Agrandir la figure 6
Forêt

Image représentant une forêt

En outre, 749 millions d’hectares sont affectés à des usages multiples, ce qui inclut souvent la production. La superficie de forêt principalement affectée à la production est restée relativement stable dans le monde mais la superficie de forêts à usages multiples (production, conservation, protection...) a diminué d’environ 71 millions d’hectares depuis 1990. Les prélèvements mondiaux de bois ont été estimés à 3,97 milliards de m3 en 2019, dont environ la moitié était du bois rond industriel. L’autre moitié quant à elle était du bois de chauffage.

De nombreuses données mondiales de production et de consommation de bois sont mises à disposition par la FAO.

Les enjeux de la filière bois en France

Les importations françaises de bois et de ses produits dérivés

La France importe en moyenne 16 762 000 m3 d’équivalent bois rond pour l’industrie du bois sur la période 2012-2021, et en exporte 12 177 000 m3.

Le bois est principalement importé sous forme de bois sciés (20 %), panneaux de fibres de bois (9 %), panneaux de particules (8 %), bois de chauffage (8 %). Le reste (55 %) prend la forme de meubles, de caisses, de charbon, de bois brut, etc.

La grande majorité du bois et du bois transformé est importée est d’origine européenne, mais 17 % des surfaces nécessaires à nos importations de bois proviennent de pays à risque de déforestation, Russie et Chine principalement. Par ailleurs, plus de 5 % des importations françaises proviennent de pays tropicaux présentant un risque élevé de déforestation. La plupart des importations européennes de bois tropicaux proviennent de l’Afrique (56 %), suivie par l’Asie (25 %) et l’Amérique latine (19 %).

La France représente 22,7 % de la consommation de bois tropicaux de l’Union européenne en 2016, se classant ainsi en première position (IDH The Sustainable Trade Initiative, 2018).

Bien que les importations d’équivalent bois rond aient tendance à augmenter (elles sont passées de 15 373 000 m3 en 2012 à 21 070 000 m3 en 2021), la DGPE (Direction Générale de la Performance Economique et Environnementale des Entreprises) note que les importations françaises de bois ronds tropicaux ont fortement baissé en 2019 (17,6 millions €, -9 %). La baisse tendancielle observée depuis de nombreuses années s’explique par différents facteurs : stratégie de valorisation locale des ressources forestières par les pays d’Amérique du Sud, d’Asie ou d’Afrique, pressions exercées par les ONG contre une utilisation abusive du bois tropical, concurrence des matériaux de substitution et des bois tempérés européens, mise en œuvre du Règlement Bois de l’Union Européenne (RBUE). Le bois tropical notamment d’Afrique et d’Asie du Sud-Est est désormais massivement exporté vers la Chine.

La production française de bois et produits dérivés

La France produit également du bois sur son territoire. En 2021, le volume total de la récolte de bois commercialisé s’est élevé à 39,9 millions de m3 ronds. La récolte de bois d’industrie commercialisé est de 10,1 millions de m3 Parmi cette récolte, 9,5 millions concernent le bois de trituration. La récolte de bois d’énergie est de 8,9 millions de m3 (en hausse).

Les importations françaises de papier

Les produits destinés à la fabrication de papier sont principalement importés sous forme de pâte chimique de bois (41 %), papiers et cartons couchés au kaolin (13 %), papiers et cartons, ni couchés, ni enduits (10 %). Le reste (36 %) prend la forme de papiers, de cartons, de serviettes, de papier journal, etc.
La France importe en moyenne 15 714 000 m3 d’équivalent bois rond pour l’industrie du papier sur la période 2012-2021, et en exporte 9 194 000 m3.

Une filière bois durable

Les instruments réglementaires européens

Le plan d’action FLEGT ou Forest Law Enforcement, Governance and Trade, établit des Accords de Partenariat Volontaires avec les pays exportateurs de bois. Ce régime permet d’exporter sur le marché de l’UE des bois présumés légaux via une licence FLEGT. L’importateur n’a donc pas d’autre document à justifier.

Le Règlement Bois de l’Union Européenne (RBUE) s’applique depuis 2013, en l’absence de régime FLEGT, donc dans tous les autres pays producteurs et exportateurs de bois. Il oblige l’importateur à "faire diligence" et s’assurer de la légalité du bois (documents d’exploitation forestière, de coupe, de transport, etc..). Il cible particulièrement les importations de bois en provenance de pays à risque avec des forêts vulnérables, là où les certificats ne sont pas jugés suffisants. L’objectif est d’interdire au bois illégal et les produits qui en sont dérivés l’accès au territoire européen.

Si le RBUE ne concernait que le bois, le Règlement Déforestation de l’Union Européenne (RDUE) adopté en juin 2023 porte lui sur la viande bovine, l’huile de palme, le soja, le café, le cacao, le caoutchouc et le bois ainsi que certains de leurs dérivés. Ce nouveau règlement abrogera le RBUE à sa date d’application. Néanmoins les produits concernés par le RBUE (bois et produits dérivés) ayant été exploités avant l’entrée en vigueur du RDUE mais qui seront commercialisés après son entrée en application, sont conforme au RDUE pendant 3 ans.

Les certifications privées

En matière de gestion forestière, deux références de certification privées existent, dont la vocation est de préserver les forêts et de pérenniser la ressource forestière en favorisant l’équilibre entre les dimensions environnementale, sociétale et économique des forêts :

La certification FSC® (Forest Stewardship Council®) : créée en 1993 (date officielle de création : 1994) suite au constat de l’insuffisance des actions internationales pour protéger les forêts, et de la déforestation importante, FSC est une organisation internationale visant à « promouvoir la gestion responsable des forêts mondiales », c’est-à-dire une gestion écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable, permettant de répondre aux besoins des générations actuelles et futures. FSC est définie par un processus de gouvernance avec trois chambres au sein desquelles sont répartis les adhérents : environnementale, sociale et économique. FSC International développe deux types de certifications : la certification de la gestion forestière et la certification de la chaîne de contrôle. Cette dernière est destinée à contrôler le bois provenant de forêts certifiées tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de l’amont (l’unité de gestion de la forêt certifiée) jusqu’au client final en passant par toutes les étapes de la production et de la transformation et éventuellement du recyclage de déchets bois-papier.

FSC observe une augmentation continue des surfaces certifiées en France au cours des dernières années et l’apparition de nouveaux certificats.

En 2024, FSC a délivré 16 certificats « Gestion forestière » en France. Ainsi, plus de 160 000 hectares de forêts sont certifiés en France. 905 certificats « Chaîne de Contrôle » ont été délivrés à ce jour par FSC, ce qui signifie que 1992 sites sont certifiés en France en 2024.

La certification PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification) : créée en 1999 dans le sillage des grandes conférences environnementales, PEFC est une organisation internationale présente dans 55 pays à travers le monde visant à certifier la gestion durable des forêts et rassemble autour d’une vision multifonctionnelle et équilibrée de la forêt. PEFC est définie par un processus de gouvernance entre toutes les parties prenantes concernées par la gestion durable de la forêt : producteurs, transformateurs et usagers. En France, près de 80 000 propriétaires forestiers et plus de 3 100 entreprises sont impliquées dans la certification PEFC.

D’autres standards existent pour la vérification de la légalité. En 2011, Proforest dénombre ainsi quatre standards s’appliquant à plusieurs pays :

  • SW-VLC (Smartwood Verification of Legal Compliance) ;
  • BV-OLB (Bureau Veritas - origine et légalité du bois) ;
  • SGS-TLTV (SGS-Timber Legality and Tracability Verification) ;
  • SCS-LHV (SCS-Legal Harvest Verification).

Il faut ajouter depuis le standard FLV (Forest Legality Verification) développé par Nepcon puis la Rainforest Alliance (Rainforest Alliance 2017).
Ces standards couvrent en partie pour la plupart les questions de droits du travail, statut des terres et droits des communautés.

Les certificats de gestion responsable des forêts sont efficaces lorsque les bois proviennent de régions à faible risque notamment pour certifier une exploitation durable de la forêt. Ils ne suffisent cependant pas à garantir la légalité du bois importé sur le marché européen.

Pour en savoir plus :

Des projets pour une filière bois durable

Aujourd’hui, plusieurs projets permettent d’illustrer les principes portés par la SNDI en faveur d’une filière bois durable :

Le projet P3FAC, engagé en 2016 par le FFEM sur la gestion durable des forêts d’Afrique centrale, mis en œuvre par l’Association Technique Internationale des Bois Tropicaux.

Le projet PROFEAAC, engagé en 2017 par le FFEM : PROmouvoir et Formaliser l’Exploitation Artisanale du bois en Afrique Centrale par une approche multi-scalaire : gestion territoriale de la ressource, gouvernance de la filière, promotion des demandes de sciages légaux, mis en œuvre par le CIFOR.

L’initiative « Fair and Precious » portée par l’Association Technique Internationale des Bois Tropicaux et PEFC, à laquelle FSC collabore.

392 700
emplois directs dans la filière forêt-bois en France

16 762 000
mètres cube
d’équivalent bois rond importé par la France pour l’industrie

70
millions
de tonnes de CO2 captées chaque année en France par les forêts

Sources :

  • FAOSTAT
  • FAO
  • WWF
  • Office National des Forêts (ONF)
  • Comité Scientifique et Technique Forêt (CSTF)
  • SDES : Importations françaises de matières premières visées par la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée entre 2012-2021 - Vers une empreinte terre de la France (Décembre 2023)
  • FIBOIS France
  • FSC
  • Agreste

Bois et produits dérivés : en savoir plus